TRANSPIRATION EXCESSIVE OU HYPERHIDROSE

 

L’hyperhidrose est une production excessive de sueur par les glandes sudoripares.

La sueur est sécrétée par les glandes sudoripares.

Il y a 2 types de glandes sudorales ou sudoripares :

  • Les glandes eccrines sont réparties sur l’ensemble du corps mais surtout aux paumes des mains et plantes des pieds et aux aisselles.
  • Les glandes apocrines prédominent dans les régions axillaires et génitales (Prépuce, grandes lèvres et aréoles mammaires).

La régulation de la sueur dépend du système nerveux sympathique, régulée par l’hypothalamus dans le cerveau.

La transpiration est une réponse normale à la chaleur, au stress, fièvre, exercice physique ou émotion.

Les hyperhidroses généralisées sont rares et secondaires à des pathologies (infections…)

Les hyperhidroses localisées sont les plus souvent primitives, on ne sait pas pourquoi le patient est atteint.  Elle est souvent intermittente et majorée par le stress.

Des antécédents familiaux sont souvent retrouvés suggérant une composante génétique.

Elle est en général bilatérale et cesse durant le sommeil.

L’hyperhidrose  débute souvent à la puberté, culmine entre la troisième et la quatrième décennie et décroît ensuite avec l’âge. Elle atteindrait autant l’homme que la femme.

L’hyperhidrose palmo-plantaire (des pieds et des mains) atteindrait plus l’homme .

La sudation excessive est un problème esthétique et gênant qui peut devenir franchement handicapant, voire paralysant.

En cas d’hyperhidrose axillaire, les vêtements humides se décolorent et les tissus se détériorent.

L’hyperhidrose plantaire favorise la prolifération bactérienne et constitue un milieu propice pour diverses affections : mycoses, eczéma, verrues…

L’hyperhidrose des mains est la plus invalidante. Les patients éprouvent une gêne sociale, ils redoutent de serrer les mains ou de toucher des papiers, sont génés dans leur exercice professionnel (musiciens, coiffeurs, pâtissiers..) ou dans leur exercice sportif.

 

TRAITEMENTS

 

CHLORURE D’ALUMININIUM

Les traitements  de première intention de l’hyperhidrose sont les antitranspirants.

Les déodorants n’agissent que sur l’odeur par la présence de parfum ou d’antibactériens.

Les antisudoraux sont des sels d’aluminium, au premier rang desquels figure l’hydrochlorure de sodium, qui pour être efficace doit être concentré à au moins 20% et appliqués tous les soirs au coucher sur peau sèche et saine. Ils agissent en obturant l’orifice sudoral par kératinisation. Du fait du risque d’irritation, ils sont souvent en concentration inférieure et associée à d’autres principes actifs (acide salycilique..)

 

IONOPHORESE

Traitement fiable, utilisé pour les hyperhidroses palmo plantaires.

On fait passer un courant électrique dans des bacs remplis d’eau dans lesquels on trempe les mains et/ou les pieds à traiter. Les protocoles de traitements sont à individualiser en fonction de l’appareil et de chaque patient. Le traitement débute en général par trois à cinq séances de 10 minutes par semaine, jusqu’à l’obtention d’un résultat satisfaisant. Des séances d’entretien doivent être ensuite réalisées deux à trois fois par semaine.

 

LA CHIRURGIE

Exérèse chirurgicale des glandes sudorales.

Le chirurgien retire une large portion de la peau des aisselles avec les glandes apocrines sous jacentes. Une longue cicatrice persiste ensuite définitivement. Les techniques qui n’enlèvent pas la peau sont moins efficaces (liposuccion, ablation des tissus sous la peau).

Sympathectomie transthoracique endoscopique sous anesthésie générale pour les hyperhidroses palmaires invalidantes.

 

BOTOX

Le botox a obtenu l’autorisation de mise sur le marché de l’AFSAPS (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) en 2003 pour le traitement de l’ hyperhidrose axillaire sévère de l’enfant de plus de 12 ans et de l’adulte.

En effet, l’anhidrose  est un effet secondaire des injections de toxine botulique par le blocage des fibres cholinergiques induisant une réduction de la production de sueur transitoire et réversible.

Le médecin détermine d’abord la zone qui transpire le plus grâce au test à l’iode (on applique une solution iodée sous l’aisselle, puis de l’amidon, qui entraîne une coloration bleue des zones qui transpirent). Il  réalise en général 10 injections par aisselle, 50 unités de toxine botulique par aisselle. Ces injections sont peu douloureuses, car l’aiguille est extrêmement fine et la piqûre superficielle. L’anesthésie locale par crème EMLA est possible. L’effet se fait sentir deux jours après les injections, et augmente pour atteindre son maximum après 15 jours. La durée d’action varie en fonction de chaque personne.

En moyenne l’intervalle entre les séances est de 6 mois.

Ce traitement s’accompagne d’une grande satisfaction des patients et de très peu d’effets secondaires.

Les injections de toxine botulique sont efficaces pour les mains ou les pieds, mais posent des problèmes qui rendent leur utilisation difficile (la douleur des injections, les quantités importantes de produits et le risque de faiblesse musculaire qui peut être gênante).

TARIF

Hyperhidrose axillaire  500€