Monthly Archives: septembre 2012

Et si vous réserviez votre rendez-vous en ligne ?

Avez-vous remarqué le formulaire de pré-réservation en ligne, dans la colonne droite de ce site ? Choisissez le jour désiré, entrez vos coordonnées, précisez-nous l’heure qui vous intéresse, et nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.

Une nouvelle rubrique Actualités

Lutte contre l’obésité et pré biotiques

 

Différents travaux, comme ceux du Pr Gordon ont montré que la flore bactérienne est impliquée dans le déclenchement de l’obésité.

Il existe chez des souris obèses une modification de l’écologie bactérienne du tube digestif. Les bactéries présentes chez ces souris augmentent l’extraction de l’énergie tirée des aliments à partir des nutriments.

Autrement dit, les souris obèses ont une flore digestive modifiée et cette flore défavorable entraine à consommation énergétique égale, une prise de poids. A partir de cette observation, une étude récente a été menée chez la souris afin de mimer ce qui se passe chez les humains et mettre en évidence le facteur causal d’origine bactérienne qui déclenche le processus inflammatoire impliqué dans le développement de l’insulinorésistance, de l’obésité et du diabète de type 2.

En donnant à des souris normales un régime hypercalorique chargé de graissés, similaire au mode alimentaire des personnes en surpoids (riche en graisses saturées notamment), la flore intestinale est modifiée au profit des bactéries de type Gram- et au détriment des bactéries pro biotiques que sont les bifidobacterium. Ces bactéries Gram- produisent des lipopolysaccharides (LPS) en continu entrainant une absorption accrue de LPS que l’on retrouve dans le sang. Ces LPS déclenchent une réaction inflammatoire de faible grade  qui finit par être détectable au niveau du foie, du tissu adipeux viscéral, dont on connaît le rôle dans l’installation de l’insulinorésistance et du diabète de type 2.

Les chercheurs en ont conclu que le LPS peut être tenu comme l’un des facteurs causaux du déclenchement du diabète et de l’obésité.

 

Un régime hypercalorique modifie la flore intestinale au profit de bactéries responsables du déclenchement d’une réaction inflammatoire impliquée dans l’installation de l’insulinorésistance et du diabète de type 2.

Pour confirmer ces résultats, des études sont en cours chez les humains pour savoir si une alimentation riche en graisse fait aussi augmenter le LPS dans le sang.

Le DR Patrice Cani et l’équipe du Pr Nathalie Delzienne de l’université catholique de Louvain étudient la possibilité de modifier la composition de la flore à l’aide de pré biotiques.